Articles connexes

Panama Histoire

Période précolombienne : Les plus anciennes traces de cultures précolombiennes découvertes au Panama remontent à plus de 10 000 ans

À l'arrivée des Espagnols, on estime qu'entre 600 000 et 1 million d'indigènes vivaient dans la région ; les différentes tribus coexistaient selon une certaine hiérarchie.
1501-1539: Découverte et conquête du Panama : Christophe Colomb a atteint le Panama lors de son quatrième voyage en octobre 1502.

Le 24 février 1503, il fonde la première colonie espagnole en territoire continental : Santa María de Belen.
1539-1821: Régime colonial : Le Panama a fait partie de l'Empire espagnol de 1538 à 1821.

1821: Fin de la domination espagnole : le 21 novembre 1821, le Panama obtient son indépendance en intégrant la Grande Colombie

En 1855, l'État de Panama est créé et fédéré avec la Nouvelle-Grenade (aujourd'hui Colombie).
1880: création du canal de Panama : le 1er janvier 1880, le Français Ferdinand de Lesseps commence les travaux du canal de Panama, mais abandonne rapidement en raison de lourdes pertes humaines et financières.

Ce sont les États-Unis qui ont repris les travaux par la suite.

Le traité Hay-Bunau-Varilla du 18 novembre 1903 donne les droits d'exploitation et de construction du canal aux Américains.
1903: Création de l'État du Panama : Le Panama se sépare définitivement de la Colombie et devient un État à part entière.
1968: coup d'état d'Omar Torrijos : Le général Omar Torrijos fait l'objet d'une grande controverse

Certains le considèrent comme un dictateur, d'autres comme le responsable d'importants progrès sociaux.

Le 11 octobre 1968, il prend le pouvoir par un coup d'État.

Il était alors "chef d'État" et non président.

En 1977, il a signé le traité Torrijos-Carter avec le président américain Jimmy Carter, permettant au Panama de retrouver sa souveraineté sur le canal.

Toutefois, cela n'a pas pris effet immédiatement

Torijos reste en place jusqu'en 1981, date de sa mort.
1985: Manuel Antonio Noriega au pouvoir : en 1985, Manuel Noriega, ancien agent de la CIA, devient général des forces armées du Panama.

Entre 1984 et 1990, il est considéré comme le chef de l'État, bien qu'il n'ait pas le titre officiel

En 1989, alors que des élections présidentielles devaient avoir lieu, Noriega les a annulées.
1989: Intervention américaine contre Noriega : après l'annulation des élections présidentielles en 1989, les États-Unis envahissent le Panama pour renverser Noriega.

Son rival Guillermo Endara (Parti de la solidarité, à droite) devient alors président du pays.

Il a dirigé le pays jusqu'en 1994.
1999: Le Panama reprend le contrôle du canal : le 31 décembre 1999, suite au traité Torrijos-Carter signé en 1977, les États-Unis redonnent le contrôle du canal au Panama.

2004: Martín Torrijos élu président : le 2 mai 2004, Martín Torrijos (coalition centriste "Nouveau parti"), fils d'Omar Torrijos, devient président du Panama.

2014: Juan Carlos Varela est élu président : parti conservateur.

Histoire

Une terre de passage et de colonisation

Selon l'anthropologue panaméenne Reina Torres de Arrauz, l'isthme de Panama a toujours été une terre de passage, ou un pont entre les cultures du nord et du sud du continent, ainsi que des Caraïbes.

On estime que la présence humaine dans l'isthme remonte à plusieurs dizaines de milliers d'années et que les premiers établissements permanents ont été établis il y a 11 000 ans.

Les premières expéditions espagnoles

La première expédition à s'approcher des côtes luxuriantes du Darién fut celle de Rodrigo de Bastidas en 1501.

Les Espagnols qui ont suivi la côte nord de l'Amérique du Sud puis la côte du Darién, croyant être déjà en Asie, cherchaient un passage vers les Indes.

Les marins n'ont pas trouvé ce détroit mythique mais ont rencontré des "Indiens" ...

et de l'or !

Un an plus tard, Christophe Colomb entreprend son quatrième et dernier voyage vers le Nouveau Monde.

Lui aussi est à la recherche d'un détroit.

L'expédition a entrepris la reconnaissance de la côte centraméricaine du Cap Gracias a Dios (dans l'actuel Honduras) au Darién.

Chaque brèche côtière peut être un passage vers l'ouest.

Colomb a notamment exploré la baie de Caraboro (rebaptisée Almirante), la lagune de Chiriquí et les côtes de Veraguas .

Le voyage se poursuit vers une localité indigène où la flotte s'échoue après une violente tempête.

Colomb, émerveillé par l'endroit, baptise le lieu Porto Bello ("joli port" en italien qui, hispanisé, deviendra Portobelo).

L'expédition s'y repose quelque temps avant de retourner dans la région aurifère de Veraguas pour tenter d'y fonder une colonie : Belén.

C'est un échec, les conquistadores, avides d'or et de femmes, sont pourchassés par les indigènes et l'expédition échouera finalement en Jamaïque.

Conquête et colonisation

Dans son plan de conquête et de colonisation, le roi d'Espagne décide en 1508 de diviser en deux les terres du Nouveau Monde, dont la partie continentale est alors appelée "terra firma" (toute terre qui ne peut être contournée en caravelle, par opposition aux îles des Caraïbes).

Les territoires situés à l'est du golfe d'Urabá constituent la Nouvelle Andalousie.

A l'ouest du golfe se trouve Castilla de Oro gouvernée par Diego de Nicuesa.

En 1510, il tente de s'établir dans une baie accueillante qu'il nomme "Nombre de Dios", mais très vite les conquistadores doivent abandonner l'endroit, chassés par des fléchettes empoisonnées.

Ils sont allés plus à l'est et ont fondé Santa María la Antigua del Darién.

La localité, aujourd'hui en territoire colombien, est considérée comme la première ville coloniale d'Amérique continentale.

La découverte de la mer du sud

Parti de Santa María del Darién le 1er septembre 1513, Balboa, à la tête d'une expédition de 190 conquistadores, de quelques éclaireurs et d'un millier de porteurs indigènes, s'enfonce vers le sud dans l'inhospitalière forêt du Darién.

Le 25 septembre, après trois semaines de marche épuisante et d'affrontements avec les tribus locales, les aventuriers aperçoivent du haut d'une colline l'embouchure d'une vaste étendue d'eau.

Le 29 septembre, Balboa prend possession, au nom de la couronne espagnole, "des mers, terres, côtes et îles du sud, ainsi que des royaumes et provinces qui leur sont rattachés".

La mer du Sud sera rebaptisée "Pacifique" par Magellan en 1520, en raison du temps calme dont le navigateur a bénéficié pendant sa traversée de l'océan entre la Terre de Feu et les Philippines.

La découverte des mers du Sud est certainement le chapitre le plus important de l'histoire de la conquête, après la grande "découverte" de Christophe Colomb en 1492.

Cette nouvelle étape annonce malheureusement de grandes catastrophes pour les peuples des Andes.

En juin 1514, Pedro Arias de Ávila (Pedrarias Dávila) est nommé gouverneur à la place de Balboa.

Ce sexagénaire est connu pour sa cruauté.

Contrairement aux instructions de la couronne, qui prône une conversion douce au catholicisme (autant que faire se peut à l'époque), des milliers d'Indiens sont massacrés ou réduits en esclavage.

Fondation de la ville de Panama

Le 15 août 1519, Pedrarias s'empare d'un petit village de pêcheurs dans la mer du Sud, appelé par les indigènes panaméens Panamá, ce qui signifie "abondance de poissons".

La ville devient un important centre ecclésiastique et commercial et le point de départ des expéditions vers le nord et le sud du continent.

Francisco Pizzaro prend la direction des expéditions vers le Pacifique et s'embarque vers le sud en 1524, puis en 1526.

Il a découvert le Pérou en 1528 et a rapidement découvert les richesses de l'empire inca.

Panamá voit alors défiler des tonnes d'or, d'argent et de pierres précieuses en provenance d'Amérique du Sud, sans parler des perles récoltées dans l'archipel voisin.

Mais les choses se compliquent à la fin du XVIe siècle avec l'arrivée de pirates et de flibustiers dans la mer des Caraïbes...

En effet, cette concentration de richesses n'a pas laissé les grandes puissances navales indifférentes.

L'Angleterre, la France ou la Hollande donnaient à des marins intrépides (souvent d'anciens pirates) des "lettres de marque" ou de "course" les autorisant à attaquer les navires et les comptoirs d'une nation ennemie.

Portobelo et le fort de San Lorenzo ont été attaqués à plusieurs reprises au cours du 17ème siècle.

Après la destruction définitive de Portobelo en 1739 par Vernon, la couronne espagnole finit par imposer la route du Cap Horn pour atteindre ses colonies occidentales en Amérique du Sud.

Portobelo, privé de foires, se vide de sa population, tandis que Panama tombe en décadence.

Au début du XIXe siècle, un projet de construction d'un canal interocéanique proposé par l'explorateur scientifique Alexandre de Humboldt aurait pu relancer l'activité, mais l'heure était à l'émancipation des colonies américaines et il fallut attendre les années 1850 pour que l'isthme sorte du marasme économique.

Indépendance

Au début du XIXe siècle, quelques années après l'indépendance des États-Unis (1783) vis-à-vis de la Grande-Bretagne, et la Révolution française, l'idée a germé dans les milieux bourgeois créoles latino-américains (les descendants des colons espagnols, parfois mélangés avec des Indiens et des Noirs), d'une "émancipation" de la lointaine Espagne.

Profitant des guerres napoléoniennes sur le Vieux Continent et de l'affaiblissement militaire de l'Espagne, le processus d'indépendance débute en 1810 et se répand rapidement dans toute l'Amérique latine.

Ainsi, le 10 novembre 1821, "el Primer Grito de Independancia" (le premier cri d'indépendance) retentit à la Villa de Los Santos.

Cette révolte d'un groupe de paysans dirigé par le colonel Segundo Villareal dans la péninsule d'Azuero a marqué le début du mouvement d'émancipation dans plusieurs localités : Natá, Penonomé, Ocú et Parita.

Elle s'est terminée le 28 novembre 1821 à Ciudad de Panama, par la proclamation solennelle de l'indépendance vis-à-vis de l'Espagne par une junte de civils, de militaires et de membres du clergé.

Les troupes espagnoles se sont retirées sans combattre.

De la construction d'une ligne de fer jusqu'au canal

La découverte en 1848 de filons d'or en Californie a relancé en quelques mois l'activité de la petite province colombienne.

Les chercheurs d'or, venant de l'est des États-Unis et d'Europe, préféraient éviter de se rendre au Far West en passant par les dangereuses plaines nord-américaines où vivaient de redoutables tribus indiennes.

L'isthme, la partie la plus étroite du continent, est devenu la principale route des aventuriers.

C'est alors qu'une compagnie maritime américaine, la Panamá Railroad Company, a commencé à construire une ligne de chemin de fer à partir de 1850, reliant Panamá à "Aspinwal Colón".

Le travail a attiré une main-d'œuvre du monde entier, avec une majorité de Jamaïcains et de Chinois.

Les premiers trains ont commencé à circuler en 1855 et il ne fallait que 4 heures pour passer d'un océan à l'autre.

Mais des ingénieurs américains et européens se sont fixé un nouveau défi : relier les deux océans sans même descendre d'un navire.

Le succès du canal de Suez, inauguré en 1869, avait attiré l'attention de la communauté scientifique sur les possibilités d'autres canaux interocéaniques dans le monde.

Les projets abondent aux États-Unis et en Europe.

Les Panaméens craignaient que la voie navigable soit construite au Nicaragua.

L'occasion est trop belle.

En 1903, une junte de conservateurs et de libéraux lance un mouvement séparatiste sous la protection officieuse des États-Unis en échange de la signature d'un nouveau traité pour le canal.

Les troupes colombiennes venues arrêter la rébellion sont neutralisées à Colón, sans véritable combat et sans l'intervention des navires de guerre américains ancrés au large des côtes.

L'indépendance du Panama a été proclamée le 4 novembre 1903 (la fête nationale a été instituée le 3 novembre).

Trois jours plus tard, les États-Unis reconnaissent le nouvel État.

Les travaux reprennent et le canal est finalement achevé en 1914.

Cette prouesse technologique est considérée à l'époque comme la huitième merveille du monde, en raison de ses réalisations spectaculaires : le percement de Gaillard avec des millions de tonnes excavées dans la cordillère, les ouvrages d'art (ses écluses sont toujours en service) et l'imposant barrage de Gatún qui a donné naissance au plus grand lac artificiel du monde de l'époque (après avoir englouti des centaines de villages et nécessité le déplacement de 50 000 personnes).
Le 15 août 1914, alors que l'Europe se jette dans la guerre, le navire à vapeur Ancon effectue la première traversée officielle du canal de Panama.

L'instabilité politique

Très vite, le régime discriminatoire mis en place dans la zone du canal (fontaines et toilettes séparées pour les Noirs et les Blancs, conditions salariales en fonction de la couleur de la peau, etc.) offense les Panaméens et alimente les sentiments nationalistes.

La présence militaire étrangère est de moins en moins soutenue, de même que le comportement des entreprises américaines comme la puissante United Fruit Company, qui détient les meilleures terres et ne tient pas compte des droits des travailleurs agricoles dans les plantations de bananes.

Néanmoins, le pays connaît une certaine prospérité pendant la Seconde Guerre mondiale, avec l'arrivée massive de soldats dépensant sans compter et la réalisation de grands travaux créateurs d'emplois (bases militaires, aéroports, routes panaméricaines et transaméricaines).

Cependant, le 9 janvier 1964, une manifestation d'étudiants dégénère et les conséquences de cet événement sont considérées comme une étape majeure dans le processus qui conduira quelques années plus tard à la rétrocession du canal.

1968-1981 : la révolution nationaliste et populaire

En mai 1968, le populiste Arnulfo Arias est élu président de la République pour la troisième fois.

Quelques mois plus tard, il est renversé par un coup d'État organisé par de jeunes officiers de la Garde nationale.

L'objectif de la junte était de modifier l'équilibre du pouvoir dans le pays, en confisquant le pouvoir à l'oligarchie traditionnelle pour le donner au peuple.

Le général Torrijos a dirigé le pays d'une main de fer de 1969 à 1981 sous le couvert de présidents fantoches.

De profondes réformes sociales dans le domaine de l'éducation et de la santé ont permis de réduire de moitié l'analphabétisme et la mortalité infantile en dix ans.

Sur le plan économique, une réforme agraire a conduit à l'expropriation des grandes propriétés foncières qui ont été redistribuées aux petits agriculteurs regroupés en coopératives.

Il y a également eu des nationalisations, d'importants aménagements routiers et la création du Centre bancaire international.

En termes de politique étrangère, le Panama fait partie des pays dits "non-alignés".

Elle entretient des relations privilégiées avec les pays du mouvement anticolonialiste et anti-américain (Cuba, le Chili de Salvador Allende, etc.) et a soutenu à la fin des années 1970 les mouvements de guérilla au Nicaragua et au Salvador.
En 1973, profitant d'une réunion de l'ONU au Panama, Torrijos expose au monde entier les revendications de son peuple concernant le canal.

Les négociations sur la question de la restitution du canal, initiées en 1964, vont s'accélérer en 1977 avec l'élection de Jimmy Carter à la présidence américaine, aboutissant à la signature du traité Torrijos-Carter le 7 septembre 1977.

Le texte, qui a été accueilli triomphalement au Panama et dans toute l'Amérique latine, prévoit la "rétrocession" progressive du canal et de la zone d'ici l'an 2000.

Dès 1979, le pays a récupéré plus de 60% du territoire de la zone du canal (bases militaires, ports et ligne ferroviaire).

Mais le 31 juillet 1981, Torrijos est mort dans un accident d'avion au-dessus des montagnes de Coclé, un accident dont les causes restent encore un mystère .

La dictature de Noriega

Une période floue suit la mort de Torrijos.

Généraux et présidents fantoches se succèdent jusqu'aux élections de mai 1984.

Nicolas Barletta, ancien collaborateur de Torrijos et président de la Banque mondiale pour l'Amérique latine, a remporté les élections avec seulement 1 713 voix d'avance.

L'opposition a parlé de fraude mais les États-Unis ont soutenu l'économiste formé à Chicago.
Mais moins d'un an après son élection, le président Barletta est "démissionné" par Manuel Noriega, commandant en chef de la Garde nationale.

Aux recettes classiques de la dictature (musellement de la presse, répression des opposants, corruption), il a ajouté le trafic d'armes, de drogue et de visas et mis en place un vaste réseau de blanchiment d'argent.

Décembre 1989 : l'opération "juste cause".

Dans la nuit du 19 au 20 décembre 1989, juste avant les vacances de Noël, les États-Unis ont lancé, au nom d'une "cause juste", la plus grande opération militaire depuis la guerre du Vietnam.

Guillermo Endara a été officiellement proclamé président de la République le 20 décembre 1989, le jour de l'invasion.

Il a hérité d'un pays ruiné et rongé par l'insécurité, la corruption et les trafics en tous genres.

Endara a réussi à rétablir la démocratie et à sortir le pays de l'isolement économique dans lequel il était plongé depuis 1987.

L'instabilité politique s'est poursuivie jusqu'à l'arrivée d'une femme au pouvoir.

Mireya Moscoso, veuve du président Arnulfo Arias (1901-1988), a remporté les élections présidentielles de mai 1999 avec 44% des voix.

À 53 ans, Mireya est la première femme à diriger le pays.

Dès le début de son mandat, elle a eu l'immense privilège d'honorer la remise du canal le 31 décembre 1999 à midi.

De 2000 à aujourd'hui

Le bilan de Mireya Moscoso est mitigé.

Les élections de 2004 ont vu le retour au pouvoir du PRD.

Élu avec 47% des voix devant l'ancien président Guillermo Endara, Martín Torrijos a largement bénéficié du prestige de son défunt père.

Le jeune président bénéficiera d'un boom économique sans précédent pendant ses quatre années de mandat, mais ne parviendra pas à réduire les inégalités sociales et l'insécurité.
Mai 2009 a ainsi vu la victoire du candidat de la droite libérale, Ricardo Martinelli (61% des voix), à la tête de l'"Alliance pour le changement".

Cet entrepreneur multimilliardaire a lancé un vaste programme de grands travaux visant à moderniser les infrastructures (routes, aéroports, etc.) dans tout le pays mais surtout dans la capitale, avec le projet controversé de Cinta Costera III (viaduc autour du Casco Viejo) et le projet plus intelligent d'un métro, le premier d'Amérique centrale, dont la première ligne sera inaugurée en avril 2014.

Sur le plan social, les relations avec la société civile, les syndicats et la presse se sont sérieusement détériorées.

Plusieurs manifestations contre les réformes sociales et environnementales (réforme minière) ont dégénéré, faisant plusieurs morts.

Plus positive pour le pays est la réduction de la pauvreté, qui est officiellement passée de 32% en 2010 à 25% en 2014.

Sur le plan économique, le pays a maintenu une forte croissance mais s'est fortement endetté (la dette est passée de 11 à 17 milliards de dollars en 5 ans).

Si le bilan est plutôt bon, les élections de mai 2014 sont une surprise par rapport aux sondages, Martinelli voyait déjà son dauphin José Domingo Arias comme chef d'État et sa propre femme comme vice-présidente ! Mais c'est Juan Carlos Varela, son ancien vice-président et pire ennemi politique, qui est élu avec 39% des voix, devant Domingo Arias du parti Cambio Democrático (32%) et l'ancien maire de la capitale Juan Carlos Navarro du PRD de centre-gauche (28%).

Une véritable gifle pour le président sortant.

Les principaux défis de son mandat sont la poursuite de la croissance et la réduction des inégalités sociales et de la pauvreté, qui sont encore très élevées.
L'année 2016 a fait doublement parler d'elle sur la scène internationale.

Tout d'abord, l'affaire des Panama Papers, un système d'évasion fiscale internationale.

D'abord, il a fait semblant de négocier, lorsque les sanctions menaçaient d'être levées, en acceptant de jouer le jeu de la transparence.

Elle s'est même engagée à rejoindre le processus d'échange automatique d'informations de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) d'ici 2018.
Cependant, le 5 août 2016, le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz et l'expert anti-corruption Mark Pieth, en démissionnant du comité créé après le scandale, ont dénoncé un certain manque de transparence.

Le comité, composé de 4 Panaméens et de 3 étrangers, avait été mis en place pour traiter les problèmes d'opacité du système financier panaméen.

Les deux hommes ont fait état de "censure" dans la publication de leurs résultats.

Selon eux, l'exécutif subissait "la pression des milieux d'affaires".

Le gouvernement avait annoncé quelques jours auparavant que le président déciderait seul de la publication ou non des conclusions.
Autre date importante en 2016 : l'achèvement de l'agrandissement du canal dans la liesse générale.

Retardé en raison d'importantes grèves en 2012 et 2013 et de différends financiers avec le consortium d'entreprises internationales chargé des travaux, le nouveau canal a été inauguré en juin.
Après la tornade Martinelli, Varela représente le calme et les Panaméens n'y sont pas vraiment habitués ?

D'autant plus qu'au premier trimestre 2016, le taux de chômage au Panama a dépassé celui de la crise financière internationale de 2009.

En raison du ralentissement économique, il est passé de 5,2% en août 2015 à 5,6% en mars 2016.

Plus de 100 000 Panaméens sont au chômage.

Les prochaines élections se tiendront au Panama en 2019.

Il est temps de faire oublier aux Panaméens les frasques de Martinelli - qui a soudainement quitté le pays.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.