Dans un panorama incomparable, la péninsule de Guajira se détache dans l'imposante mer des Caraïbes, la pointe la plus septentrionale de la Colombie et de l'Amérique du Sud, entourée de belles et calmes eaux bleues et décorée de l'immense artisanat coloré des Wayúu, une population ethnique qui habite ces terres exotiques.

Le caractère indomptable et le mode de vie même de la population indigène sont le véritable reflet d'une race qui a résisté à l'asservissement espagnol.

L'écotourisme à La Guajira présente un potentiel exceptionnel pour une reconnaissance nationale et internationale. À cette fin, plusieurs produits sont en cours de développement et diverses alternatives sont envisagées pour tirer parti des avantages comparatifs des attractions naturelles et culturelles et des tendances actuelles de la demande. Le mode de vie Wayúu est une indication de l'influence de la culture des Arawak et Carib ancêtres, qui se sont caractérisés par leur résistance farouche au joug espagnol.

Soleil, montagnes, désert, plage et un potentiel humain particulier, principalement endogène et raizal, marquent ce département comme une région différente et inattendue dans toute la zone des Caraïbes, où la réalité se confond avec la fantaisie.

Visiter La Guajira est une expérience hors du commun, qui vous permettra de découvrir l'harmonie parfaite entre l'homme et son environnement. Des campements du peuple qui garde la Sierra Nevada de Santa Marta aux Wayúu qui vivent ensemble dans le désert et démontrent la manière équilibrée dont les Guajiro construisent et protègent leur environnement naturel.

The environmental and ethnic elements have created the department’s own identity, cradle of transcendental emblematic manifestations of the Republic of Colombia such as vallenata music, the legacy of Francisco El Hombre, the magical realism of the writer García Márquez and the tradition of the National Navy influenced by the heroic deed of Admiral Padilla.

Riohacha

This large seaside resort is the starting point for a 4×4 trip to La Guajira, a region populated by the Wayuu (or Guajiros), an Amerindian people living mainly from weaving (clothes, hammocks …) and fishing.

Riohacha La Guajira Colombie @davidesviajeroBroche
Riohacha La Guajira Colombie @davidesviajero

Non loin de là se trouve le sanctuaire de Los Flamencosun lieu idéal pour observer les flamants roses, sur une superficie de 7 000 hectares.

..Broche
..

It’s a quiet place, perfect for hiking, fishing with the locals, or doing nothing else but enjoying the sun and relaxing on the beach.

In addition to the sanctuary, you can visit the rancherias (traditional inns), the Sea Turtle Environmental Research and Education Centre, and go to the Navio Quebrado, Grande or Laguneta de Chentico lakes to observe birds…

sff parque flamingos guajira colombiaBroche
sff parque flamingos guajira colombia

Cabo de la Vela

Pour avoir un aperçu de la région de La Guajira, rendez-vous à Manaure : dans ce décor de cactus et de montagnes blanches se trouve le plus grand marais salé de Colombie.

Puis arrêt à Uribia : capitale indigène du pays, cette petite ville commerçante est le reflet de la culture Wayuu.

Enfin, traversez le magique désert de Carrizal.

You will then arrive in Cabo de la Vela (literally “Candle Cape”) is a small lively seaside village, a real paradise for kitesurfers and windsurfers.

À 10 minutes de là, se trouve une sublime plage de sable orange, bordée par un promontoire rocheux (Pilon de Azucar) d'où vous pourrez assister à un coucher de soleil magique.

cabo de la vela pilon de azucar guajira colombiaBroche
Guajira Travel Giude – Cabo de la Vela – Photo Credit Tristan Quevilly

Punta Gallinas

Pour une immersion complète dans la culture Wayuu, traversez le désert de La Guajira jusqu'à Punta Gallinas (75 km au nord de Cabo de la Vela, environ 4 heures de piste).

Along the way, you will discover isolated beaches, dunes and rocky cliffs (Hondita Bay, Pusheo desert beach…) and even do part of the trip by boat.

Bahia Hondita ColombieBroche
Bahia Hondita Colombie

A Punta Gallinas, vous logez dans une maison locale, dans une rancheria wayuu où vous pouvez déguster les spécialités locales à base de poissons et de fruits de mer ; vous découvrez la vie locale.

Vous vous rendrez à Taroa, pour une promenade sur d'immenses dunes de sable blanc qui, balayées par le vent, donnent à la mer une couleur jaunâtre.

Vous pouvez vous y baigner, puis observer le coucher de soleil qui donne aux dunes une couleur orange intense.

Cette région est le point le plus septentrional du continent sud-américain.

punta gallinas bahia hondita guajira colombiaBroche
Guajira Travel Guide – Punta Gallinas – Photo Tristan Quevilly

Planifiez votre voyage avec un expert (gratuitement !)

Vous souhaitez obtenir de l'aide pour organiser votre voyage : choses à faire, où aller, comment se déplacer... ?

Obtenez un conseil gratuit d'un expert vivant dans le pays !

Contactez-nous sur Whatsapp ou envoyez-nous un courriel et nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

CTA Aventure ColombieBroche

Histoire de La Guajira

Avant l'arrivée de l'homme blanc, le territoire aujourd'hui occupé par la péninsule de Guajira était peuplé de diverses cultures aborigènes, dont les Macuiras, les Cocinas, les Onotos, les Eneales, les Anates, les Coanaos et les Guanebucanes, dont le moyen de subsistance était la cueillette de fruits, la chasse, la pêche, l'agriculture et le commerce.

L'isolement géographique, les conditions climatiques du lieu et la bravoure des aborigènes ont été des facteurs qui ont déterminé le désintérêt de la conquête espagnole pour ces terres prodigieuses. Les indigènes, avec un certain degré d'astuce, ont réussi à maintenir leur indépendance à l'intérieur de leur territoire, adaptant à leur idiosyncrasie les éléments culturels et les modèles économiques des nouveaux arrivants afin de former une nouvelle société. Le premier navigateur espagnol qui eut le privilège d'admirer les côtes de la Guajira fut Alonso de Ojeda ; en 1499, il avait à ses côtés le géographe Juan De La Cosa, qui n'évita pas la tentation de retourner sur cette terre mystérieuse pour y fonder le premier hameau, appelé Santa Cruz le 3 mai 1502.

Le principal intérêt des conquérants espagnols pour cette région était les bancs de perles le long de la côte, notamment entre Cabo de la Vela et Riohacha. L'exploitation des perles a été initiée par les maisons commerciales qui se sont installées à Nueva Cadiz de Cubagua (Venezuela) dont les propriétaires étaient des juifs espagnols convertis venant de Basse Andalousie, l'élite commerciale de l'Espagne.

Plus tard, ces terres pleines de mirages et d'étés chauds sont devenues le scénario préféré des flibustiers tels que l'Anglais Sir Francis Drake et les Français Nau et La Fitte. Les princesses de la Guajira et les chefs endurcis se sont battus vaillamment pour défendre leurs richesses.

Contrairement aux conquistadors, hommes d'épée et d'arquebuse, chasseurs de fortune et chercheurs d'or, les marchands de perles étaient également des banquiers, des armateurs et d'importants fournisseurs d'intrants et de marchandises pour les Amériques, et organisaient des entreprises qui comprenaient toute la chaîne de travail et de commerce, depuis le commerce européen jusqu'à la fourniture d'esclaves plongeurs pour l'extraction des perles.

Les perles ont été la base de l'économie des colons hispaniques dans la péninsule jusqu'au XVIIe siècle, lorsque le commerce du bétail, d'une bonne partie des troupeaux indigènes, a pris de l'ampleur, de même que le commerce du bois comme le bois du Brésil. Dans le même temps, les Indiens ont créé leurs propres réseaux commerciaux avec les Hollandais, les Anglais et les Français, mais le gouvernement colonial les a déclarés illégaux. Ils échangeaient des perles, du sel et du bétail contre des armes et de la poudre à canon, qu'ils utilisaient pour résister aux envahisseurs.

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, plusieurs villes fondées par les Espagnols ont été incendiées par les indigènes. Les Espagnols, dans leur tentative de coloniser et de soumettre cette région, ont formé des dizaines d'expéditions militaires pour conquérir La Guajira, mais elles ont toujours échoué. Les pertes humaines et économiques ont été très élevées. La République a permis un grand développement de la région. Pour cela, des immigrants d'Angleterre, de France, de Hollande et surtout de Curaçao sont arrivés pour créer des maisons commerciales et relancer les affaires. Ils ont étendu l'exploitation de la terre.

Au milieu du XIXe siècle, les tendances économiques des sous-régions ou des fiefs commerciaux commencent à se dessiner. Dans le sud, des villes comme Barrancas, Fonseca, San Juan et Villanueva avaient une nette vocation agricole et d'élevage. Dans la Media Guajira, zone rurale de Riohacha, des établissements avaient été créés pour l'exploitation du dividivi, du palo de brasil et d'autres bois, tandis que Riohacha se consolidait comme ville portuaire et commerciale. Dans le même temps, les populations indigènes ont maintenu leur économie basée sur l'élevage de bovins et de chèvres, et les villes côtières ont continué à pêcher, à collecter des perles, à récolter des fruits de mer et à vendre du sel.

Au XXe siècle, La Guajira a continué à avoir une vocation commerciale dans le nord et agricole et d'élevage dans le sud. Le corregimiento de Puerto López, en Alta Guajira, a été déclaré port franc, rendant ainsi justice à la longue tradition commerciale des indigènes et des créoles. Les marchandises en provenance d'Aruba, de Curaçao et de Panama étaient acheminées vers Riohacha et Maicao, une ville qui commençait à se développer à la frontière avec le Venezuela. Mais le gouvernement suivant a aboli le statut de port franc et un navire de la marine a pris Puerto López, ruinant ainsi des dizaines de marchands.

Le 1er juillet 1965, le département de La Guajira a été créé, le séparant de Magdalena, département auquel il était lié depuis près de 80 ans.

Chronologie

  • 1499. Le conquistador Alonso de Ojeda voyage le long de la côte de La Guajira et arrive à Cabo de la Vela avec le géographe et cosmographe Juan De la Cosa.
  • 1769. Soulèvement des indigènes pour protéger leur territoire et leur commerce.
  • 1820. Le territoire de la Guajira acquiert son indépendance vis-à-vis de la domination espagnole.
  • 1846-1870. Grand essor de l'exploitation du bois brésilien et du bois dividivi vers l'Amérique du Nord et l'Europe.
  • 1871. Jusqu'à cette année-là, le territoire de la Guajira appartenait au département de Magdalena, année au cours de laquelle il est passé à la Nation pour être administré directement.
  • 1911. Le commissaire spécial de La Guajira est créé.
  • 1954. L'Intendance nationale de La Guajira est installée, avec sa capitale à Riohacha, et la ville d'Uribia devient le centre des affaires indigènes.
  • 1960-1970
  • Arrivée massive d'immigrants du Moyen-Orient pour s'installer à Maicao.
  • 1964. Le département de La Guajira est créé, se séparant du département de Magdalena.
  • 1976. Des puits de gaz naturel sont découverts à El Pájaro, corregimiento de Manaure.
  • 1980. Début du projet de charbon El Cerrejón.
  • 2003. Début du projet de parc éolien de Jepirachi.

Tourisme à La Guajira

Ethnotourisme

L'ethnie Wayúu, la plus représentative des cultures indigènes colombiennes, est installée presque entièrement dans la région nord du département et plus précisément dans le territoire occupé par la municipalité d'Uribia, qui est reconnue comme la capitale indigène de la Colombie.

La nature sociale des Wayúu permet aux arijunasCes opportunités sont partagées avec le touriste dans les après-midi d'élevage ou dans les excursions à Cabo de la Vela et à l'Alta Guajira dans lesquelles ils sont agréablement compénétrés dans leur vie quotidienne dans des logements ou des auberges avec service de restauration et, en même temps, ils leur correspondent en acquérant les produits de leurs arts manuels : chinchorros, mochilas, manillas et autres artisanats.

La Guajira Colombie @nicolasbecerramBroche
La Guajira Colombie @nicolasbecerram

Ecotourisme

The diversity of La Guajira’s ecosystems is unique in Colombia. It includes tropical dry forests, tropical rainforests, savannas, deserts and all the thermal floors with their corresponding biota, which generates the most favorable environment for activities such as bird watching, reptiles and fauna in general, observation of very diverse flora, interpretive trails in natural parks, knowledge of mineral exploitation and repopulation of animal and plant species, and restructuring of soils and subsoils that have been exploited, knowledge of the wind energy generation system.

Soleil et plage

La Guajira dispose de grandes étendues de plages, la plupart avec des eaux calmes et des sables blancs, comme celles situées dans la zone urbaine de Riohacha ou très proches de celle-ci, comme Marbella, Del Guapo, Gimaura, La Boca, De Los Cangrejos et La Raya : Marbella, Del Guapo, Gimaura, La Boca, De Los Cangrejos et La Raya.

À environ 25 kilomètres de Riohacha se trouvent les plages de Mayapo qui, à partir du village, s'étendent dans les directions nord et sud et sont fréquentées par toutes sortes de touristes. D'autres plages un peu plus éloignées de Riohacha, mais également très visitées, sont situées à Cabo de la Vela.

À Puerto Estrella, Cabo de la Vela, Bahía Portete, Puerto Bolívar, Punta Gallinas, entre autres, on trouve des plages magnifiques et tranquilles propices à la détente.

Au sud de la capitale, presque parallèlement à la route qui mène au département de Magdalena, se trouvent les plages de Camarones, Carrizal, Aipir, La Punta, Mingueo et Palomino, qui sont moins fréquentées, mais présentent des caractéristiques agréables. Près de Mingueo et Palomino, il y a des plages sur la mer et quelques rivières et ruisseaux qui viennent de la Sierra Nevada de Santa Marta. Dans la même région, certains de ces cours d'eau forment des cascades et des puits d'eaux rafraîchissantes qui sont fréquentés par les habitants locaux et souvent par les touristes.

Vers La Baja Guajira, le loisir qui attire le plus les habitants et les visiteurs de la région est la baignade dans les rivières et les ruisseaux, généralement d'eau douce, qui descendent de la Sierra Nevada de Santa Marta ou de la Serranía del Perijá.

Sports et aventure

Les vents du nord attirent les amateurs et les professionnels pour développer des activités telles que kitesurf et la navigation en petits voiliers. Les rivières et les ruisseaux de La Provincia et du sud-est sont idéaux pour canyoning. Il existe plusieurs sentiers adaptés à la randonnée. La région du désert d'Ahuyama, près de Cabo de la Vela, est un bon endroit pour wagon à vent manèges. Dans la région de La Alta Guajira, des compétitions automobiles telles que la La Guajira Rallye ont lieu.

Lieux à visiter à La Guajira

Alta Guajira est l'une des destinations préférées des visiteurs qui aiment le tourisme d'aventure, l'écotourisme et l'ethnotourisme, car il est possible de rencontrer et d'interagir avec la population indigène, d'observer leurs coutumes et d'apprendre leur histoire et leur culture.

la culture à travers la tradition orale, l'imaginaire, les mythes, les danses, la gastronomie et l'artisanat qui sont des expressions de la vision du monde qu'a ce peuple indigène.

Dans le cadre du tourisme écologique, il est possible de voir divers paysages côtiers tels que des plages, des baies, des caps, des pointes, des falaises, combinés dans un écosystème de climat désertique, à prédominance plate, dans lequel se distingue une végétation subxérophile et xérophile, des formes de sable en bord de mer, modelées par le vent sous forme de dunes de sable ou de dunes qui ressemblent à des sculptures.

En revanche, il existe un paysage de collines qui forme une série de chaînes de montagnes telles que Jarara, Cosinas et Macuira, avec des hauteurs qui atteignent 800 mètres et des abris allant de la forêt sèche à la forêt nuageuse comme à La Macuira, qui est une oasis au milieu du désert, avec des sources d'eau et une végétation variée.

parc guajira macuira colombia @carlinhosfvbBrocheBroche
parc guajira macuira colombia @carlinhosfvb

Ce territoire comprend le Resguardo Indígena de la Media y Alta Guajira, habité par l'ethnie Wayúu, qui fait partie de la famille Arawak. Cette communauté est binationale car son territoire ancestral s'étend sur le territoire vénézuélien. La population est dispersée et ne se concentre que dans la capitale municipale d'Uribia et dans certains villages comme Cabo de la Vela et Nazareth.

Uribia

C'est la plus grande municipalité du département (7404 kilomètres carrés). Fondée en 1953, elle était la capitale de l'ancien Commissariat spécial de La Guajira jusqu'à sa création en tant qu'Intendance nationale.

Quatre-vingt-dix pour cent de son territoire est désertique, à l'exception d'une oasis en son cœur : le parc naturel national de La Macuira.

Uribia abrite la plupart des Wayúu, le plus grand groupe indigène du pays, qui compte plus de 40 000 personnes. C'est là que se déroule leur festival culturel, le Colombian Cultural Heritage.

Uribia possède un bon hôtel, plusieurs restaurants et un marché unique.

Caractéristiques spéciales

Elle possède une richesse minérale extraordinaire : des gisements de talc, de calcaire et de sel sont actuellement exploités.

Accès

Uribia, situé à 104 kilomètres de Riohacha (90 minutes de route) peut être atteint par deux routes. Pour le premier, prenez la route vers Maicao, 5 kilomètres (10 minutes) et avant d'atteindre le point connu sous le nom de La Gloria, suivez une route secondaire à gauche, en passant par El Pájaro, Musichi et Manaure, puis rejoignez la route pavée vers Uribia. Prendre la deuxième route en direction de Maicao et au niveau du site de Cuatro Vías, tourner à gauche et suivre la voie ferrée parallèle à la route. Il s'agit de la route la plus fréquentée.

Moyens de transport

Le transport de passagers est constant, utilisant des voitures, des fourgonnettes et des bus de service public qui sont pris directement à Riohacha ou à la jonction routière de Cuatro Vias.

Parc naturel national de la Serranía de La Macuira

Le parc est situé dans la réserve indigène Wayúu. Selon leur cosmovision, Jepirech, l'esprit du vent, conduit Igua, le nuage, qui avec sa pluie fertilise la chaîne de montagnes, produisant ainsi les forêts et l'eau nécessaires à tout le peuple Wayúu.

parque macuira guajira colombiaBroche
parque macuira guajira colombia

Voir aussi : Guide de voyage complet du parc Macuira

Manaure

88 445 habitants.

Situé sur les rives de la mer des Caraïbes, son climat chaud est rafraîchi par la brise des Caraïbes.

Manaure Guajira Colombie @historytravelersBroche
Manaure Guajira Colombie @historytravelers

Elle possède les salines marines les plus importantes et les plus étendues de Colombie : la production dépasse 700 000 tonnes pour la consommation locale et l'industrie. Les salines s'étendent sur 4200 hectares, avec sept immenses étangs, dont certains sont gérés par la population indigène.

..Broche
..

Manaure is also rich in natural gas near the town of El Pájaro and in Chuchupa and Ballenas, where the country’s largest gas fields are located.

Attractions touristiques

Salinas de Manaure, El Pájaro, église de Santa Rita, Musichi (concentration de flamants roses) et pensionnat indigène Aremasain (Manaure).

Mayapo

Village appartenant à la municipalité de Manaure, situé à 25 kilomètres (20 minutes) de la capitale départementale, relié par une route en bon état. Les habitants de la petite ville tirent leur subsistance principalement de la pêche, et dernièrement du développement touristique qui a été introduit dans ses belles plages de sable blanc, considérées comme les meilleures. Dans les environs de près de 10 kilomètres d'extension ont été construits des kiosques et une infrastructure de base accompagnée de services pour profiter du soleil et les activités de la mer. Les vents forts, qui soufflent presque toute l'année dans l'endroit, ont attiré des sportifs spécialisés dans les modalités de kitesurf, petits voiliers et windsurf.

Mayapo La Guajira Colombie @mariocarvajalBroche
Mayapo La Guajira Colombia – Photo Credit @mariocarvajal

Comment se rendre à la Guajira

Riohacha est l'épicentre à partir duquel s'effectuent les déplacements vers les différentes destinations touristiques du département, puisque la ville concentre la plupart des services à cet effet : hôtels confortables et variés, restaurants et lieux de restauration pour tous les goûts et tous les budgets, informations et agences touristiques, qui facilitent l'accès aux lieux à visiter, activité commerciale, services bancaires et soins hospitaliers.

Par avion

Le seul aéroport proposant des vols commerciaux tous les jours est l'aéroport Almirante Padilla situé à Riohacha. Les mardis et samedis, un vol relie Riohacha à l'île d'Aruba.

Par terre

Le département de La Guajira dispose d'un bon réseau routier. Il existe une autoroute qui relie Riohacha à Barrancas, Fonseca, San Juan del Cesar et Villanueva, et qui est reliée à Valledupar à la route nationale de l'Est. Une autre route, la route nationale des Caraïbes, part de Paraguachón et relie Maicao, Riohacha, Santa Marta et Barranquilla. En outre, il existe des routes qui relient la plupart des villes et villages et des pistes cavalières, qui ne sont praticables qu'en été.

Tour-opérateurs

Plus de 20 agences et tour-opérateurs opèrent dans la ville, offrant leurs services à Guajira, au reste du pays et à l'étranger.

Itinéraire 01 : Cabo de la Vela

Recommandations :

  • Apportez de l'eau potable.
  • Portez des vêtements confortables, des chaussures de tennis et de la crème solaire.
  • Achetez des hamacs fabriqués par les locaux, qui sont des artisans experts.
  • N'apportez pas de récepteurs radio, de téléphones portables ou de téléviseurs portables, si vous voulez tout oublier.

Dans la région touristique de La Guajira, il existe deux routes qui présentent des attraits pour les visiteurs. Celle qui présente les meilleures conditions est la Cuatro Vias, qui mène à Uribia et Manaure. Celle qui mène à El Pájaro et Musichi est plus intéressante, mais n'offre pas de bonnes conditions de circulation toute l'année.

La distance approximative entre Riohacha et Uribia est de 104 kilomètres ; d'Uribia au désert, 22 kilomètres ; de là où commence le désert à Cabo de la Vela, 30 kilomètres, et au parc éolien et à Puerto Bolivar, près de 50 kilomètres.

Avant d'arriver à Cabo de la Vela en passant par Mareywamana, il y a une fraction du désert caractéristique appelé Desierto de La Ahuyama .

Lorsqu'il pleut, il est nécessaire de prendre des routes alternatives, comme San Martín ou Media Luna. Cette route passe par Puerto Bolívar (où le charbon est exporté depuis El Cerrejón) et le parc éolien, avant d'atteindre Cabo de la Vela lui-même. Cette route peut être utilisée pour le retour, si vous le souhaitez.

Si vous prenez un visite d'un ou plusieurs jours, il est nécessaire de s'adresser à une agence de tourisme spécialisée ou de louer un véhicule à quatre roues motrices, toujours accompagné d'un guide professionnel.

Il est recommandé de quitter Riohacha tôt le matin, de préférence avant 6 heures, de se diriger vers le nord sur la route de Maicao et d'emprunter l'une des deux routes attrayantes.

Le long de la route Pájaro-Musichi-Manaure-Coastal, vous pourrez apprécier le magnifique lever de soleil et les nombreux ranchs. Avant d'arriver à Musichi, vous aurez l'occasion d'observer des flamants roses dans les marais et les mangroves, ainsi que des hérons et d'autres oiseaux. Plus tard, et non loin de là, vous atteindrez les salines de Manaure, où vous pourrez découvrir le processus naturel d'extraction du sel marin par les indigènes, dans des bassins de couleur rose, violette ou blanche, selon l'état de maturité dans lequel ils se trouvent. Après un trajet de 21 kilomètres (environ 20 minutes), vous arrivez à Uribia.

La route directe vers Uribia, avec une intersection à Cuatro Vias, est longue de 95 kilomètres et prend environ une heure et demie à parcourir. Après Uribia, la route n'est plus goudronnée. Il est recommandé de prendre une collation et de continuer à travers le désert d'Ahuyama jusqu'à Cabo de la Vela, ou Jepira, en langue Wayúu. Incroyable terre où tout n'est qu'aridité, pas même les buissons ne poussent, seulement les plantes rampantes. Il n'existe aucun endroit comme celui-ci dans tout le pays : il est d'une beauté rare et austère. Si vous montez sur la colline où se trouve le phare, vous aurez une vue panoramique magnifique sur la région plate et désolée, et en contraste une mer de belles nuances de vert et de bleu.

Le nom de Cabo de la Vela a été donné par Alonso de Ojeda (1499) lorsqu'il a cru voir la blancheur d'une voile au loin.

C'est ici que commence la division entre Alta et Media Guajira. Près du phare se trouve l'Ojo de Agua, un affleurement naturel où, selon la mythologie indigène, les Wayúu communiquent avec leurs ancêtres. Vous pouvez également voir le Pilón de Azúcar, un rocher blanc dans la mer, qui, selon les croyances Wayúu, marque le chemin qui mène les âmes des défunts vers l'inconnu, vers l'Au-delà. Le seul village est Cabo, un hameau de quelques maisons où arrivent les transports et où l'on peut se loger. On peut y observer de magnifiques couchers de soleil et des étoiles filantes la nuit.

Au Cap, où les indigènes font preuve d'une grande hospitalité, il existe plus de 100 lodges, auberges indigènes et touristiques(1) qui fournissent une très bonne nourriture à base de poisson ou de fruits de mer à des prix raisonnables. A très bas prix, ils fournissent des hamacs, des claustras ou des chambres pour la nuit.

Parc éolien de Jepirachi

Guajira Wiki

À quelques kilomètres de Cabo de la Vela se trouve cette importante ressource énergétique qui génère entre 60 000 et 75 000 mégawatts par heure de manière propre, en profitant du vent qui fait bouger les pales de 15 moulins à vent. Une éolienne typique visite comprend une visite du site

  • La population : 846 609 pop.* 846 609
  • Surface : 20 848 km 2
  • Température : De 27°C à 35°C
  • Altitude : De 0 m.a.s.l. à 450 m.a.s.l.

Où se trouve La Guajira sur la carte ?

https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2002303.1909407254!2d-73.51029478988822!3d11.425797455703325!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x8e8b8914627238ff%3A0x22e6d8831a7d9716!2sLa%20Guajira!5e0!3m2!1sen!2sco!4v1619941035112!5m2!1sen!2sco

Municipalités de La Guajira

  • Maicao
  • Dibulla
  • HatoNuevo
  • Barrancas
  • Fonseca
  • Distraction
  • San Juan del Cesar
  • Urumita
  • LaJagua del Pilar
  • Uribia
  • Manaure

Géographie, frontières et hydrographie

Le territoire départemental correspond principalement à la péninsule de La Guajira. Le relief est formé de montagnes, de falaises, de plaines et de dunes.

En raison de leurs différences physiographiques marquées, trois régions différentes sont considérées du nord-est au sud-ouest :

guajira desierto carizal colombia @Tristan QuevillyBroche
guajira desierto carizal colombia @Tristan Quevilly

L'Alta Guajira, située dans l'extrême péninsule, semi-désertique, avec une végétation rare et surtout des cactus, et quelques chaînes de montagnes qui ne dépassent pas 650 mètres d'altitude, comme La Macuira, Jarará et la colline de La Teta.

La majorité des Indiens Wayúu y vivent et les infrastructures d'exploitation du charbon et du sel s'y trouvent, ainsi que de nombreux charmes naturels.

La Media Guajira couvre la partie centrale, avec un relief plat et vallonné, elle est moins aride. Elle est dominée par des dunes et des dunes de sable.

guajira camarones sff flamants roses colombie @tristanphotographyBroche
guajira camarones sff flamants roses colombie @tristanphotography

Baja Guajira, également connue sous le nom de La Provinciacorrespond aux contreforts et à une partie de la Sierra Nevada de Santa Marta, à la chaîne de montagnes Perijá et aux Montes de Oca. Elle est plus humide, dispose de terres arables et offre une grande diversité de climats.

guajira montes de oca colombia @mariocarvajalBroche
guajira montes de oca colombia @mariocarvajal

Les plaines semi-désertiques et les dunes près de la côte sont étendues et frappantes. La bande côtière de Guajira alterne entre falaises et littoral rectiligne. Les principaux éléments côtiers sont : les baies de Portete, Honda, Hondita et Cocineta, le Cabo de la Vela et les pointes de Coco, Aguja, Gallinas et Boca de Camarones.

guajira bahia hondita colombia @tristanphotographyBroche
guajira bahia hondita colombia @tristanphotography

A l'est, avec la mer des Caraïbes et le Venezuela. Au nord, avec la mer des Caraïbes.
À l'ouest, avec la mer des Caraïbes et le département de Magdalena.

Au sud, avec le département de Cesar.

Le cours d'eau le plus important est la rivière Ranchería, qui prend sa source dans la Sierra Nevada et se jette dans la mer des Caraïbes dans la ville de Riohacha. Le barrage de la rivière Ranchería, situé dans le village de Chorrera, dans la municipalité de Distracción, revêt une grande importance.

Ce barrage a été construit pour fournir de multiples avantages hydrauliques et pour alimenter une grande partie du département de manière régulée. Bien que cette rivière ait de nombreux cours d'eau, surtout dans ses régions moyenne et inférieure, ils sont insuffisants et de cours temporaire.

Les Montes de Oca sont, avec la Sierra Nevada, les plus importants fournisseurs d'eau de la région, c'est pourquoi leurs cours d'eau principaux et affluents sont utilisés à diverses fins humaines et agricoles. Les principaux cours sont la rivière Carraipía et le ruisseau Majayura.

guajira montes de oca colombia @juanplopezBroche
guajira montes de oca colombia @juanplopez

Environnement

En raison des caractéristiques physiographiques du département, les facteurs naturels sont très variés. En Alta Guajira, les buissons de dividivi, le trupillo, le palo de brasil, les cactus et les espèces xérophiles prédominent. La faune est abondante en poissons, reptiles, notamment les tortues de mer, et oiseaux tels que le flamant rose.

Dans la moyenne et la basse Guajira, zones de plus forte humidité, de vents plus faibles et d'altitudes plus basses, les caractéristiques naturelles sont également variées.

Les vestiges forestiers conservent un énorme potentiel biologique qui est à la base des processus naturels de régénération et de restauration des écosystèmes environnants, en plus d'être des refuges pour les espèces menacées, endémiques et migratoires.

L'existence de vestiges forestiers depuis la zone basale jusqu'à la frontière vénézuélienne, à une altitude de 800 mètres au-dessus du niveau de la mer, permet la connectivité des écosystèmes et garantit le maintien des flux génétiques avec la chaîne de montagnes Perijá et le reste de la Cordillère orientale, la Sierra Nevada de Santa Marta, les vallées des rivières Ranchería et Cesar et la plaine des Caraïbes.

Population

En 2021, la population était de 846 609 habitants, dont 44 % correspondent aux capitales municipales et 56 % au secteur rural, généralement des petits conglomérats et des rancherías.

guajira parque macuira colombia @tristanphotographyBroche
guajira parque macuira colombia @tristanphotography

Météo

Le climat de la péninsule est sec, avec des températures élevées (27 oC à 35 oC), rafraîchies par la brise marine et les alizés du nord-est qui soufflent pendant la majeure partie de l'année. Les précipitations sont rares et se produisent généralement au cours des mois de septembre, octobre et novembre.

guajira punta gallinas colombia @marinellabiaccaBroche
guajira punta gallinas colombia @marinellabiacca

Économie

L'aridité de la péninsule fait que le développement économique n'a pas la même vitesse que dans d'autres départements du pays, mais ce n'est pas un obstacle, car elle a une grande importance et une grande valeur pour ses ressources naturelles : charbon, gaz naturel et sel marin.

Ces activités représentent environ 70 % de l'économie, suivies par le secteur des services, notamment le tourisme, qui compte pour 15 %.

L'élevage de bovins et de chèvres, ainsi que les cultures de maïs, de sésame, de riz, de palme africaine, de coton, de canne à sucre et de tabac, représentent 11 %, et la petite et moyenne industrie manufacturière 4 %. La ville de Maicao, à la frontière avec le Venezuela, est un point important d'activité commerciale.

guajira cabo de la vela colombia @tristanphotographyBroche
guajira cabo de la vela colombia @tristanphotography

La catastrophe de la mine de charbon

Parcs naturels

Deux parcs naturels nationaux et une réserve de faune font partie du territoire de la Guajira : Le parc national Serranía de Macuira dans la région de l'Alta Guajira ;

parc guajira macuira colombia @carlinhosfvbBrocheBroche
Parc de Guajira macuira colombia @carlinhosfvb

Sierra Nevada de Santa Marta Le parc naturel national, dont la superficie est partagée avec les départements de Magdalena et de Cesar, et le sanctuaire de faune de Los Flamencos, situé à proximité de la capitale départementale.

A vous de jouer

Maintenant, j'aimerais savoir si vous avez des questions.

Ou peut-être avez-vous des informations à ajouter ?

Quoi qu'il en soit, faites-moi signe dans les commentaires ci-dessous.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *